Nos disciplines > Plus d'infos sur le Jisei kikô

Le qi gong (kikô en japonais)

C'est une gymnastique traditionnelle chinoise qui associe mouvements lents, postures, exercices respiratoires, concentration et visualisation. Le terme signifie littéralement "exercice (gong) relatif au qi (souffle, énergie vitale)". Sa pratique vise l'épanouissement personnel, le bien-être, l'entretien de la santé, l'harmonie entre le corps et l'esprit, l'équilibre général entre les parties du corps et les systèmes qui le composent.

Les origines du qi gong sont millénaires, il existe actuellement des centaines d'écoles et de styles : qi gong de santé et de bien-être (préventif), qi gong médical (curatif) ou qi gong martial.

 

Le Jisei kikô

Le Jisei kikô est né de la rencontre entre Kenji Tokitsu et le docteur Toshihiko Yayama au Japon en 1996. Constatant l'efficacité de la méthode de kikô élaborée par celui-ci, Kenji Tokitsu l'étudie en profondeur et en fait une des bases de travail dans son école Jiseido.

 

Les spécificités du Jisei kikô

Cinq exercices (entre autres) constituent une des bases de la pratique : les katas du pendule, de l'oiseau, de la tortue, du dragon et de l'ours. Leur point commun est de solliciter en profondeur le tronc, et la mobilité autour de la colonne vertébrale. Au delà de l'apparente simplicité des mouvements, il s'agit d'une autre manière de bouger, en activant l'intérieur de son corps et en particulier du tronc : si un bras se lève, il ne s'agit pas d'un travail du bras + épaule, mais d'une extension du tronc à partir des appuis au sol, l'épaule ne servant qu'à transmettre le mouvement.

Pour cela, la notion d'articulation dans le kikô est spécifique : au delà des articulations anatomiques (poignet, coude, épaule, cheville, genou, hanche...), on distingue 5 articulations "techniques" qui sont le bas du ventre, le nombril, le plexus solaire, la poitrine et le bas de la gorge. La difficulté consiste à faire travailler ces parties du tronc comme si elles étaient de véritables articulations. Il s'agit d'un long travail consistant d'abord à créer un "regard intérieur" pour commencer à percevoir ces zones, arriver ensuite à les mobiliser volontairement, les connecter entre elles, puis les connecter aux jambes et aux bras pour arriver à un mouvement global du corps. Ainsi ce n'est pas la carapace extérieure qui bouge, mais chaque mouvement est généré à partir du travail interne du tronc, en synchronisation avec la respiration.

Les bienfaits d'une pratique régulière sont multiples : renforcement interne par mobilisation en douceur des muscles profonds du tronc, prévention des douleurs du dos, meilleure coordination dans les mouvements, amélioration de la santé générale : les cinq "articulations techniques" du kikô correspondent au concept de "chakras" (sièges de l'énergie) en yoga et dans les médecines orientales. Leur activation favorise la circulation de l'énergie vitale et des fluides vitaux.

On pourrait résumer la pratique du jisei kikô par "éduquer son propre corps à partir de l'intérieur".

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now